أحدث تعليقات
لا تعليقات
بحث المدونة
أرشيف المدونة
فئات المدونة

Histoire d’amérindiens

نشر على5 الشهور منذ
حب0

Il est né sans bruit au fond des forêts nord-américaines, il s'affiche plus que jamais dans les collections printemps-été. Itinéraire d'un compagnon du vestiaire masculin aux multiples facettes Dans leurs clans, Chaussures Méridiens Viviano cousaient, en fumant la pipe, des petits sacs en cuir pour chausser leurs maris. « Amérindiens » est un terme forgé à l'axe siècle pour les distinguer des Indiens.D’où vient l'appellation méridienne. Les cultures autochtones d’Amérique du Nord sont les premiers à avoir porté les premiers mocassins. L’aisance de ces souliers à semelle tendue leur souscrivait d’être enfilées en dessous des raquettes, garantissaient le déplacement et le voyage en canot d'écorce sans émettre de bruit et en l'absence d’endommager ce dernier. Les décorations et les motifs des mocassins dévoilaient parfois la communauté ou la confrérie.

Le mocassin est une chaussure dont le fondement de la tige est constitué d’une seule pièce de cuir molle. Les mocassins coupés d’une pièce sont dotés d’une couture unique située au centre, à l’arrière et reconstituer sur le dessus du pied. Les mocassins à deux empiècements sont gratifiés d’un coupon surnommée plateau, appliquée sur le dessus du pied. Dans les deux cas le rabat pouvait être mis en place ou faire partie de l’empiècement initial. Trois lanières de passepoil en rémige (os de plume d’oiseau) décorent la couture qui rassemble le plateau à la semelle du méridien.

Les guerriers accrochaient une queue-de-renard aux mocassins pour effacer leurs pas, ces souliers étaient plutôt faits pour être remarqués.
Le musée fondé à Toronto par le chausseur Bata compte 800 merveilles décorées -frangettes et piquants de porcs-épics, bientôt enrichis de perles bleues Plus tard on le retrouve en version soit aux pieds de Napoléon .

En 1920 ce soulier de va-nu-pieds en cuir séduit les étudiants de plus en plus. Ce n'est qu'aux années 30 qu'il marquait l'anglomane moderniste. À la Libération, Weston, le grand chausseur de Limoges, cree un modèle qui concurrence les derbys et les richelieus.
En 1952, Gucci sort un "moc" à porter pieds-nus, où la languette devient mors de cheval en laiton. Tout Hollywood s'enflamme pour ces loafers chics avec lesquels Fred Astaire a chanté sous la pluie et, au début des sixties, 1 800 clients se rendaient encore chaque jour dans la boutique romaine du chausseur.

اترك تعليقا
اترك رد
لنشر تعليق. الرجاءe تسجيل الدخول.

Menu

إعدادات

شارك

قم بإنشاء حساب مجاني لحفظ العناصر المحبوبة.

تسجيل الدخول